Fidèle à son esthétique rock, Hedi Slimane pour Dior a remis au goût du jour le grunge, tandis que Lanvin présentait une collection à l’élégance sombre et que Paul Smith célébrait la diversité, dimanche au dernier jour des défilés parisiens de prêt-à-porter masculin pour le printemps-été 2016.

Saint Laurent, rock et juvénile

Bonnet, poncho et baskets sales, le style de l’adolescent grunge américain de la fin des années 1980 revient en force chez Saint Laurent, qui a présenté un défilé mixte sur lequel planait le souvenir de Kurt Cobain.

1983

 

Les garçons ont les cheveux longs, blonds et hirsutes, des lunettes de soleil rondes à monture blanche évoquant celles du défunt leader de Nirvana, des pantalons skinny chers à Hedi Slimane ou des jeans déchirés, parfois d’épais gilets en maille. Plus chic, des vestes à paillettes et des foulards donnent à la silhouette un côté glam-rock.

0156

Pour les filles, la robe légère est de rigueur, longue à volant ou courte à petites fleurs, avec des chaussures montantes à lacets d’où dépassent des socquettes. Une veste en cuir ou en jean complète le look.

Lenny Kravitz, Pierce Brosnan, Johnny Hallyday et sa femme Laeticia étaient au premier rang, comme François-Henri Pinault, PDG de Kering qui détient la marque Saint Laurent, et sa femme, Salma Hayek. Pierre Bergé était quant à lui à côté de Betty Catroux, ancienne muse d’Yves Saint Laurent.

 

Lanvin, entre streetwear et tailoring

A l’école des Beaux-Arts, où s’est tenu comme à l’accoutumée le défilé Lanvin, les 44 silhouettes ont arpenté le podium au son de « La Fête Noire », chanson du Français Flavien Berger, qui donnait la tonalité du show.

a571

« C’est assez sombre et nocturne, ce n’est pas ambiance fleurs et plage », a commenté le Néerlandais Lucas Ossendrijver, chargé des collections homme de Lanvin, avec le directeur artistique Alber Elbaz.

Les pantalons sont tantôt ajustés, tantôt plus amples à taille haute avec des vestes de costume légèrement oversize, des fils de couture volent comme des franges depuis une veste sans manche ou un t-shirt, pour un effet artisanal. Les détails sont soignés et la palette fait la part belle au noir, marine, bordeaux, avec de subtils imprimés fauve.

a379

L’acteur Reda Kateb, souvent habillé en Lanvin, était présent au défilé. « Je trouve qu’il y a une liberté qu’on trouve rarement dans le monde de la mode, surtout des choses qui peuvent parfois paraître « casual » comme des vestes zippées, qui sont travaillées avec l’élégance du détail et les mélanges de matières », a-t-il dit.

Alber Elbaz a expliqué avoir voulu un défilé « sans gimmick », qui ne soit « pas un vidéo clip », insistant sur le travail d’atelier et le savoir-faire à l’oeuvre. « Il s’agissait de prendre le confort du sportswear et le mêler au tailleur, prendre la légèreté du sportswear et des tissus « qui respirent » pour s’en servir dans des pantalons de costume », a-t-il résumé.

Guillaume
Our Runway